Google Apps vs Microsoft Office 365 | Vainqueur le Cloud

Google Apps vs Microsoft Office 365 | Vainqueur le Cloud

Onnens le 20 juillet 2015

Nous publions cette analyse en deux parties, pour traiter en profondeur un sujet qui concerne 100 % des entreprises, quel que soit leur taille ou leur secteur d’activité.

  • Première partie: la situation 2015
  • Deuxième partie: critères de choix
  • En février 2007, un « intrus de rupture », Google, faisait son entrée dans le marché de la bureautique et des outils de communication en proposant, avec Google Apps Business, une solution SaaS, native Cloud. Par la suite, Google a changé le nom de son produit en faveur de Google Apps for Work (G4W), expression que nous allons garder dans la suite de ce billet.

    Nous proposons d’utiliser le mot « participatique » pour désigner tous ces outils de nouvelle génération et c’est celui que nous allons garder dans la suite de ce texte.

    Nous sommes aujourd’hui en 2015, exactement 8 ans après cette annonce « historique » ; beaucoup de choses ont changé depuis et il est important de refaire le point sur ce sujet important.

    Le premier septennat: 2007 > 2014

    La période 2007 – 2014 a été un septennat pendant lequel la majorité des outils innovants que nous considérons aujourd’hui comme « normaux » sont arrivés. Google Apps Business for Work fait bien sur partie de ces innovations majeures.

    Comme toujours, les leaders historiques sur ce marché, IBM et Microsoft, n’ont pas voulu ou pas su comprendre l’importance de GApps for Work, cette « innovation de rupture », au sens de Christensen, et ont traité ce nouvel entrant avec condescendance ou mépris.

    Dès l’annonce de Google Apps for Work, quelques rares entreprises innovantes, souvent françaises, ont décidé de déployer cette solution ; Valeo a été la première grande entreprise au monde de plus de 30 000 utilisateurs à faire le saut.

    Elles l’ont fait en étant conscientes des limites initiales des Apps Business, mais en ayant aussi compris que des améliorations rapides et permanentes allaient vite transformer cette solution en un produit bien adapté aux attentes des clients internes faisant un usage « normal » des outils de participatique.

    Nous préférons, par charité, ne pas nous étendre sur le premier essai de Microsoft dans ce domaine, BPOS, Business Productivity Online Suite, qui a eu le succès planétaire que l’on connait!

    Il a fallu attendre juin 2011, plus de 4 ans après l’annonce de Google Apps for Work, pour que Microsoft réagisse sérieusement et annonce Office 365.

    L’époque où la participatique était la chasse gardée des entreprises innovantes est révolue ; nous rentrons maintenant dans l’âge de la maturité, et la majorité des entreprises vont prendre ce virage participatique Cloud entre 2015 et 2021, le deuxième septennat!

    2015: Un duo chasse l’autre

    Entre 1990 et 2010, les entreprises avaient le choix entre les solutions de deux grands acteurs:

  • Microsoft, avec Exchange et Office.
  • IBM, avec Lotus Notes et Domino.
  • Ces deux familles de produits sont définitivement obsolètes, basées sur des solutions déployées en interne ou hébergées, ce qui n’a plus aucun sens dans les entreprises aujourd’hui. Il n’existe heureusement plus un seul DSI, digne de ce titre, qui fasse la bêtise « éneaurme » de continuer à gérer en interne sa messagerie.

    En 2015, le duopole Microsoft – IBM a été remplacé par le duopole Microsoft – Google.

    D’autres solutions sont théoriquement disponibles, chez IBM, Zoho ou Zimbra. Dans la pratique, les jeux sont faits et les grandes entreprises qui décident de faire le saut se focalisent uniquement sur les solutions de Google ou de Microsoft.

    C’est ce qu’a confirmé en 2013 la société d’études Radicati dans son « quadrant magique ». Aucun des autres fournisseurs cités dans ce quadrant n’a la moindre crédibilité.

    En ce début d’année 2015, AWS, Amazon Web Services, autre géant du Cloud public, se lance dans l’arène avec une offre qui comprend deux produits:

  • Workmail : messagerie et agenda partagé.
  • Workdocs : partage de documents et de contenus.
  • Il est trop tôt pour savoir si AWS a une probabilité raisonnable de transformer le duopole actuel en triumvirat. Nul ne conteste la capacité technique d’AWS à fournir un service fiable et sécurisé. Par contre, face à des géants aussi puissants que lui, et sans l’appui d’une solution grand public comme Gmail ou Outlook.com, la bataille s’annonce très compliquée.

    Les prix de vente, théroriques et pratiques

    Microsoft devrait, rapidement, arrêter de faire semblant de commercialiser la solution E3, la seule qui intéresse vraiment les entreprises, à 18 € par mois et par personne, quand aucune grande entreprise ne paye ce prix.

    Tous les commerciaux Microsoft ont reçu l’ordre de ne jamais perdre une affaire contre Google et s’aligneront systématiquement sur les prix proposés par Google. Ils feront bien sur signer au DSI un document lui interdisant de communiquer sur le prix auquel il a signé le contrat, mais plus personne n’est dupe.

    Les DSI et leurs redoutables services achats l’ont bien compris : même s’ils n’ont pas la moindre envie de mettre en œuvre Google Apps Work, ils vont demander à Google ou l’un de ses partenaires, comme Revevol, une proposition commerciale.

    En recevant leur commercial Microsoft, ces DSI vont laisser traîner sur la table la proposition « GApps », ce qui leur donne immédiatement un pouvoir de négociation… accru!

    Nous ne sommes pas convaincus que Microsoft se rend compte du ridicule de la situation actuelle : proposer une solution à 18 € par mois et par personne et la « solder » à 4 €. Cela rappelle les pratiques archaïques des éditeurs de logiciels historiques qui faisaient des remises de 60 % à 80 % dans les dernières heures du « Quarter ».

    Dans un monde informatique moderne, industriel et sérieux, c’est faire injure aux DSI et aux services achats que de continuer à pratiquer ces méthodes d’un autre siècle. Les grandes entreprises négocient bien sur des réductions sur les prix catalogues des solutions SaaS/Cloud, mais elles atteignent des pourcentages raisonnables.

    Ceci signifie, en pratique, que le prix ne sera jamais un critère réel de choix entre ces deux solutions.

    Dans la deuxième partie de cette analyse, nous vous aiderons à faire un choix rationnel entre Google Apps Business for Work et Office 365.

    Par Louis Naugès | Co-Founder Revevol

    Vos outils informatiques sont-ils au service de votre organisation
    ou est-ce souvent le contraire?
    rjConsult & Google Apps for Work Unlimited | vos outils informatiques sont-ils au service de votre organisation ou est-ce le contraire? rjConsult & Google Apps for Work Unlimited | Suisse


    rjConsult & Google Apps for Work Unlimited
    Actualité news du monde du Cloud Computing
    Actualité du Cloud Google
    Liens rjConsult sur le Cloud Computing